On le sait, les entreprises jouent un rôle clef dans la transition environnementale aux côtés des politiques et des citoyens. L’évolution rapide des attentes des parties prenantes couplée à une pression règlementaire accrue et à l’augmentation des risques liés à la dégradation de l’environnement les obligent à repenser l’ensemble de leurs modes de fonctionnement. Comme dans toute transformation, les Ressources Humaines (RH) ont un rôle central à jouer.

Voici quelques bonnes pratiques pour accompagner cette fonction dans sa transition et réussir la transition environnementale de votre entreprise.

Pour aller plus loin et avoir plus de bonnes idées, téléchargez l’App (c’est gratuit):

1. Pourquoi les entreprises doivent-elles accélérer leur transition environnementale en 2024 ?

L’impératif de transition environnementale pour les entreprises est de plus en plus pressant. Face à la multiplication des phénomènes climatiques extrêmes, à la dégradation de la biodiversité ou à la pollution croissante de nos écosystèmes, les entreprises sont soumises à des contraintes, de plus en plus fortes, liées à l’environnement. De nouvelles réglementations et normes de durabilité ont vu le jour, exigeant des entreprises qu’elles s’alignent sur un nombre croissant de réglementations relatives au climat et à la nature. Les attentes des parties prenantes évoluent également vers plus de durabilité. Clients, collaborateurs, actionnaires, … poussent les entreprises à s’adapter.

La loi Climat de 2021 a ainsi ancré l’écologie dans la société française et a impliqué les entreprises dans la protection de l’environnement. La neutralité carbone est devenue une exigence pour les entreprises, qui doivent réduire au maximum leurs émissions de gaz à effet de serre et compenser l’intégralité des émissions restantes. Applicable depuis le 1er janvier 2024, la directive européenne Corporate Sustainability Reporting Directive (CSRD) fixe de nouvelles normes et obligations de reporting extra-financier ce qui impacte l’ensemble des fonctions des grandes entreprises et des PME cotées en bourse. Elle instaure une transparence accrue et harmonise les reportings pour une plus grande comparabilité.

2. Le rôle des RH dans la transition environnementale

1. Comment les Ressources Humaines (RH) peuvent-elles faciliter la transition environnementale ?

Les Ressources Humaines (RH) ont un rôle crucial à jouer dans la facilitation de la transition environnementale au sein des organisations. Leur rôle est multifacette. Elles sont le moteur de la transition environnementale de l’entreprise, en veillant à ce que les personnes et les processus soient alignés sur la vision et les objectifs de durabilité. Elles facilitent le changement, anticipent les besoins en compétences vertes (green skills), s’assurent de leur acquisition (formation et recrutement), s’assurent de l’alignement des conditions de travail avec les enjeux environnementaux et valorisent l’engagement environnemental de l’entreprise (Marque Employeur).

2. L’adoption des écogestes métiers, facteur de réussite de la transition environnementale

Changer les pratiques métiers est essentiel pour réussir sa transition environnementale. Les Ressources Humaines (RH) ont la responsabilité de veiller à ce que les pratiques de travail de l’entreprise soient alignées sur les objectifs de durabilité. Cela nécessite une formation, un soutien et, souvent, un changement culturel au sein de l’entreprise. Nombreuses sont aujourd’hui les entreprises qui dressent le constat amer que les actions de sensibilisation aux enjeux liés à la transition environnementale, type Fresque du Climat, et les formations métier, ne déclenchent pas le changement de pratique escompté. Les actions quotidiennes changent trop peu pour réduire significativement l’impact environnemental de l’entreprise. L’ancrage des écogestes métiers permet portant de créer une culture de durabilité au sein de l’entreprise, où chaque employé joue un rôle actif dans la protection de l’environnement.

3. Bon à savoir :

Les écogestes métiers sont des actions régulières, des pratiques durables que les employés peuvent entreprendre dans leur travail pour réduire leur impact environnemental. Cela peut inclure des actions comme l’économie d’énergie, le recyclage ou l’utilisation de matériaux durables. Ces écogestes métiers sont autant de nouveaux réflexes métiers à installer pour réussir sa transition environnementale. On peut distinguer 2 types d’écogestes métiers ou pratiques durables, les écogestes transverses et les écogestes métiers :

  • Les écogestes métiers transverses incluent les pratiques durables liées au numérique, à la mobilité, et aux gestes quotidiens sur le lieu de travail.
  • Les écogestes métiers incluent les pratiques métiers durables comme le Green IT pour les métiers du numérique, l’éco-branding et la communication responsable pour les fonctions communication, les achats responsables pour les fonctions achats, la finance durable pour les fonctions finance… Les référentiels d’écogestes métiers sont en cours de création et sont aujourd’hui d’une qualité très inégale en fonction des métiers observés. L’application Change For Nature propose ce type de référentiel en accès gratuit via son moteur de recherche. N’hésitez pas à la télécharger sur Appstore ou Googleplay.

3. Comment réussir la transition environnementale de la fonction Ressources Humaines (RH)?

Voici cinq conseils clés pour réussir la transition environnementale de la fonction Ressources Humaines (RH) :

1. Parlez métier

Chaque individu peut agir, dans son métier, pour limiter son impact sur l’environnement. Le problème est que les équipes RH (Ressources Humaines) ne savent pas toujours ce qu’elles peuvent faire pour réduire leur propre impact environnemental et accompagner la transition de l’entreprise. La transition environnementale est malheureusement encore trop vue comme une tâche de plus demandée à des équipes RH surchargées par le quotidien. Il est donc essentiel d’expliciter les eco-gestes métiers transverses et spécifiques aux équipes RH (Ressources Humaines) pour qu’elles puissent limiter leur impact environnemental et porter la transition auprès des autres services.

2. Créez une prise de conscience

C’est le prérequis à tout changement de comportement. On le sait, il est impossible de faire évoluer les comportements d’individus qui ne se sentent pas concernés. Des dispositifs de sensibilisation type Fresque du Climat permettent cette prise de conscience. Ils peuvent être complétés par des solutions donnant des ordres de grandeur comme MyCO2 , les ateliers 2 tonnes ou mes gestes climats (Ademe). Le retour d’expérience des équipes nous montre que la seule manière d’éviter un effet soufflet et d’enclencher un changement de comportement est d’inclure dans le dispositif de conduite du changement, une phase d’opérationnalisation de la transition environnementale dans les métiers des RH (Ressources Humaines).

3. Jouez l’émulation collective

Le collectif favorise le passage à l’action des individus. Il facilite l’apprentissage des individus. N’hésitez pas à gamifier votre démarche pédagogique en donnant des objectifs collectifs et/ou en créant des challenges. Cela contribue à motiver les employés et à encourager des comportements durables.

4. Accompagnez le passage à l’action

Les questions telles que « Par où commencer ? Que dois-je changer ? Pourquoi ? » sont autant de freins à la transition environnementale. Les actions de sensibilisation et de formations doivent être complétées par un dispositif de passage à l’action pour être efficaces. Une application comme Change For Nature permet d’accompagner efficacement cette phase.

5. Pilotez les résultats

Mesurer le passage à l’acte renforce la motivation des équipes et tangibilise l’intérêt de la démarche. Une communication régulière et factuelle sur les progrès est un des facteurs de réussite des transitions environnementales réussies.  

4. Les 5 pratiques à faire évoluer pour réussir la transition environnementale de la fonction RH (Ressources Humaines).

Comme tout projet de changement, la réussite de la transition environnementale se joue dans l’ancrage métier des nouveaux comportements. Les métiers comme ceux des RH (Ressources Humaines) sont souvent vus comme peu contributeurs de l’impact environnemental de l’entreprise. Pourtant, l’analyse d’impact de la transition environnementale sur les process RH (Ressources Humaines) permet de lister plus d’une centaine d’écogestes transverses et métiers à faire adopter par les équipes.

Les eco-gestes spécifiques au métier des RH (Ressources Humaines) se regroupent autour des 5 axes métiers suivants :

1. Limiter l’impact environnemental des formations

Les écogestes métiers liés à la formation sont nombreux. Ils concernent autant la phase de conception, de déploiement que celle du débriefing. Combien de services de formation s’interrogent sur l’impact environnemental d’un module de formation en phase de conception ? Optimisent-ils les supports et les canaux utilisés pour en limiter l’impact ? Utilisent-ils l’IA générative à bon escient ? Privilégient-ils des lieux présentiels accessibles en transport en commun avec un faible impact environnemental ? Interrogent-ils leurs éditeurs partenaires sur leur bilan environnemental ? …

2. Rendre le recrutement plus responsable

Les enjeux liés à la transition environnementale sont aujourd’hui intégrés dans le « discours corporate ». Ils font partie intégrante de travail sur la marque employeur. Cependant, les difficultés à sourcer des candidats conduisent les recruteurs à multiplier les canaux et les supports pour sécuriser des viviers sans se poser la question de l’impact environnemental. Celui-ci rejoint souvent les enjeux d’optimisation de l’efficacité du recrutement. Enfin, l’intégration d’un module consacré à la transition environnementale dans l’onboarding est primordiale. Il permet de conforter le candidat dans son choix et de le fidéliser.

3. Limiter l’impact environnemental de la gestion de carrière

Cela va au-delà du rôle des RH (Ressources Humaines) dans l’anticipation des besoins en compétences liés à la transition environnementale. Il s’agit d’optimiser l’accompagnement des collaborateurs en limitant son impact environnemental. Il s’agit d’adopter le bon mix échanges présentiels / distanciels / selfcare. Le recours aux IA génératives, aux dispositifs de matching et à la data RH doivent être pilotés dans une logique bénéfice / impact environnemental.

4. Intégrer les enjeux environnementaux au dialogue social

Le volet RSE du dialogue social reste encore trop souvent centré sur la partie sociale. Il s’agit ici d’ouvrir le dialogue avec les partenaires sociaux pour mieux intégrer la transition environnementale. L’anticipation des impacts sur l’emploi et les parcours professionnels (GEPP) et l’adoption de conditions de travail plus durables se font progressivement. La mise en place d’avantages sociaux environnementaux et de dispositifs d’accompagnement à la transition personnelle des collaborateurs commencent à apparaître dans les accords (aide financière à l’amélioration de l’habitat, incitation à des modes de transport plus durables, épargne salariale durable…).

5. Réduire l’impact environnemental lié à l’administratif RH (paie, mutuelle, contrats, …) 

La digitalisation a largement réduit les volumes de consommation de papier, d’encre et d’énergie liés à la paie et à la gestion des contrats de travail. Cela ne saurait cependant libérer les fonctions administratives d’une réflexion sur leur impact environnemental. En effet, leur impact est aujourd’hui principalement lié à leur empreinte numérique. Celle-ci doit être analysée pour être réduite au maximum : Quel est l’impact environnemental des partenaires externes (éditeurs softwares, mutuelles, …) ? Que font-ils pour limiter leur impact ? Les mails envoyés aux collaborateurs sont-ils tous nécessaires ? Les données stockées sont-elles toutes utiles ? Comment pouvons-nous optimiser le dispositif ?

Ces écogestes métiers spécifiques aux RH (Ressources Humaines) doivent être déployés en même temps que les écogestes métiers transverses liés au numérique, à la mobilité, et aux gestes quotidiens sur le lieu de travail pour assurer une réelle transition environnementale de la fonction RH (Ressources Humaines).

5. Ce qu’il faut retenir

Les entreprises accélèrent aujourd’hui leur transition environnementale. Comme dans tout projet de transformation, les équipes RH (Ressources Humaines) ont un rôle central à jouer. Elles doivent accompagner le changement tout en réalisation leur propre transition. La réussite de cette transition environnementale nécessite un ancrage métier, une sensibilisation efficace, une approche collective, un accompagnement dans le passage à l’action et un suivi rigoureux des résultats. L’ancrage métier du dispositif est un facteur clé de succès limitant les risques d’« effet soufflet ». Des dispositifs d’ancrage comme l’application Change For Nature permettent d’expliciter ce que chacun peut changer dans son métier et de piloter la transformation.

Pour aller plus loin et avoir plus de bonnes idées, téléchargez l’App Change For Nature (c’est gratuit):

Crédit : Image de freepik